Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/01/2008

SUR LE MUSEE DE LA NARBONNAISE

Pour alimenter le débat culturel à gauche, je renvoie les lecteurs de mon blog à l'article concernant le Musée: Narbonne Capitale.

Il s'agit de tracer l'histoire entière de la Narbonnaise de l'âge du bronze à la période contemporaine,il y faut de l'ampleur architecturale.

Un aménagement du "Clos de la Lombarde" est souhaitable, façon "Musée des Potiers" de Sallèles d'Aude.
De même reprendre la muséographie calamiteuse du "Musée Lapidaire".

Cependant, ces deux aménagements ne seront même pas un véritable espace général sur l'histoire romaine de la Province.
On ne peut s'arrêter à ces deux sites qui ne couvrent pas tout ce qu'il y a à expliquer aux touristes mais aussi aux narbonnais sur le passé romain et wisigothique.

De plus, je ne suis pas partisan de restreindre un Musée à ce seul passé romain.

Suit mon article précédent sur le Musée: Narbonne Capitale


Après la passe d'armes rapide concernant l'ampleur nécessaire d'un musée à Narbonne, où Georges Frèche souhaitait une intitiative d'ampleur, je voulais dire mon sentiment de narbonnais et de languedocien.

Je suis d'accord avec un grand, un très grand musée.

Je verrais bien "Narbonne Capitale", pas Narbonne Capitole qui pourrait aussi être de circonstances!

Mais justement, un Musée qui n'abrite pas que les antiquités romaines...
Un musée, certes, de Narbonne capitale de la Province romaine mais qui aille aussi "fleurter" avec le XVIII ème siècle :Narbonne, siège des Etats du languedoc.

Un musée de la préhistoire, de l'âge du Bronze (avec les découvertes de Mailhac), Romain et wisigothique, du Moyen Âge (époque cathare et expansion puis déclin des industries et productions draps, miel), guerres de religions et l'Ancien Régime,Le Canal du Midi, La commune de 1870: une des rares en France, la colonisation avec l'enrichissement de la collection de peintures orientalistes, 1907 et un regard sur les éléments d'architecture art nouveau.

Voilà tracée brièvement une réalisation qui devient nécessaire pour que le patrimoine devienne,ici, un outil d'attraction et d'éducation.



Michel Sidobre

07:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musée, municipales

LES FILLES DE BORD DE ROUTE

826207d26b5e50713d288d99d8eacefe.jpg


Passant mardi soir à Prat de Cest, j'eus la déconvenue d'apercevoir à nouveau des filles de l'Est, en tenue sexy, ou de contes polissons façon Mère Noël.

Pourtant, il y a quelques semaines, il y avait eu des arrestations de proxénètes me semble-t-il...

Désolant, car ce sont de jeunes filles, belles et de l'EST.
Mais seraient-elles vieilles, laides et du Sud que cela ne changerait rien à des vies sacrifiées...

Alors?

Michel Sidobre

07:35 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femmes, violences

30/01/2008

BASCOU ET LE PROGRAMME MUNICIPAL

C'est avec plaisir que je soutiens publiquement aujourd'hui la liste de gauche animée par Jacques BASCOU.

Afin de participer au débat, je me permets de faire deux propositions:

1) Sur la culture:

a)Plus que des lieux d'exposition et l'accès des troupes de théâtre de l'Agglomération au Théâtre, il s'agirait de créer des ressources pour les artistes, en les faisant participer à des actions de valorisations économiques du patrimoine par des commandes publiques( toutes formes artistiques confondues)...

b)...mais aussi en créant en articulation avec l'économie sociale et solidaire ( sous la forme d'un ESAT, d'une Entreprise Adaptée, ou d'une Entreprise d'insertion) un atelier d'imprimerie/reprographie destiné à fabriquer livres, cartes postales, hologrammes (pour les sculptures)pour donner aux artistes des revenus maigres mais réguliers et offrir des places au travail pour des personnes fragilisées.

2) Sur la maison de l'adolescence: je n'ai pas vu le projet mais je donne ma contribution parue, il y a quelques années dans la revue régionale du secteur social: "Les Cahiers de l'Actif":

Michel Sidobre




M. Sidobre

Pour un dispositif
d'écoute et d'action des
adolescents...


Lors de mes articles précédents, j'ai rapidement parcouru la nécessité d'établir des repérages théoriques concernant le remaniement conceptuel et objectal à l'adolescence.

Je voudrais aujourd'hui, insister sur une autre nécessité : favoriser la créa¬tion de dispositifs d'écoute et d'action pour la population adolescente générale. En posant ce dernier terme je veux indiquer qu'il s'agit de prendre enfin en compte un secteur de la population qui ne se caractérise pas par l'usage toxicomaniaque de drogues, les tentatives de suicide, la délinquance ou de graves problèmes scolaires (même si ces manifestations peuvent intervenir en cours de chemin ou motiver une demande d'aide).

Il s'agira, prioritairement, de pro¬poser une écoute à des adolescents qui en feront la demande.

La demande pouvant être variée et de toute façon déplacée, elle pourra concerner le manque d'échanges à l'intérieur de la famille, le fait de ne pas se sentir comme les autres, le développement d'une réflexion naissante et angoissante, etc..

Il convient, dans le cadre que je trace, que celui qui reçoit cette demande ait une qualification de psychologue clinicien, d'éducateur spécialisé participant à un travail d'équipe concernant la dynamique des entretiens et la dimension adolescente.

Ces demandes travaillées amèneront, selon les cas, à ce que l'intervenant reçoive les parents et facilite les échanges familiaux, propose un bout de chemin commun à l'adolescent, l'oriente vers des activités loca¬lement, réoriente s'il s'agit de conseils médicaux (l'aspect soins étant souvent négligé),etc.

Je ne pense pas qu'il soit bon de créer une structure lourde et d'adjoindre à ce dispositif : un gynécologue, un médecin généraliste, un psychiatre, des animateurs, etc...
Le dispositif d'écoute devenant dispositif d'actions par les orientations et les investissements proposés selon les possibilités locales. Selon les cas, les investissements (travail, loisirs, soins du corps) peuvent être parrainés par un des intervenant, accompagnant l'adolescent.

Il va de soi, également, que le dispositif entre en contact, à chaque fois qu'il est nécessaire avec les différents partenaires

Un volet complémentaire du dispositif visera à favoriser la vie collective et les possibilité de rencontres et d'action des adolescents, soit en partenariat avec des lieux existants, soit en favorisant des projets de groupes. Il s'agira donc d'imaginer un lieu central avec des salles de réunions, voire d'ateliers créatifs.

Ce lieu pourrait, par exemple, être un café sans alcool, ou convivialité et respect de soi et des autres sont ainsi manifestés (quant à la consommation de tabac pourquoi ne pas se calquer sur ce qui existe avec une partie fumeurs, une partie non fumeurs, et attendre des différents débats, informa¬tions, une évolution par les intéressés).

Les salles autres, pas forcément attenantes ont pour fonction de pou¬voir préparer des projets : (voyages, demandes d'emploi, etc...),de réaliser des créations plastiques ou théâtrales, d'avoir une salle d'expression de groupe (groupe de parole) sur des sujets choisis selon l'actualité (avec la présence d'un intervenant au moins).

Ces lieux doivent donc favoriser le regroupement et l'éclatement en petits groupes selon les projets. L'intérêt réside dans les possibilités d'expression et de créations qui ne seront pas offertes mais permises, selon les investissements de chacun.

De même, il sera possible, à la demande des adolescents ou des intervenants de faire venir des représentants d'associations, des personnalités, pour des réunions d'informations, des débats.

Ce que je trace, ici, rapidement, n'est pas une Maison des Jeunes et de la Culture; l'axe principal et l'écoute, le choix des professionnels n'est pas un hasard.

Rien n'empêche d'ailleurs que le dispositif d'écoute et d'action se réduise à un lieu d'écoute et oriente l'action vers la M.J.C., on perd alors, le travail d'expression (groupe de parole) et un nombre et une qualité d'interactions précieuses entre éducateurs et adolescents...

Ce dispositif, je le pose, pour l'instant, dans les nuages du rêve, alors je me prends à faire un vœu : qu'un jour, un gouvernement réalise le coût que représente un adolescent qui se détruit et qu'on réserve -en plus des mesures concernant tout l'ensemble social (santé, travail, etc...)- une place, une écoute voire une Maison aux adolescents de la Cité

Et je ferais un autre vœu, même s'il s'agit d'un dispositif de prévention, Si ce dispositif devait avoir un parrain, que ce soit le Ministère de la Jeunesse... loin d'une médicalisation.
Je n'ai pas fait trois vœux; j'en garde un en réserve...

29/01/2008

FEMMES BATTUES

604b0bf786a64e0430a0e75b09080d3a.jpg


Réalité bien trop présente qui se cache...

Encore hier, une copine qui m'annonce avec retard son calvaire...
Je l'ai réconfortée et la Providence a mis sur notre chemin une amie du CEDIFF...

J'en ai presque marre de cette banalisation : il ya quelques semaines c'était une inconnue que j'accompagnais aussi vers un lieu de conseil.

Alors,Messieurs, allez boxer sur des rings, si votre travail ne vous convient pas retournez à l'école, si vous ne parlez plus à personne sans cogner faites une thérapie!

Si vous n'êtes pas content de ce que vous êtes transformez-vous ou suicidez-vous mais ne rabaissez pas des compagnes qui, chaque jour, pourraient vous apprendre la vie et le courage!

Michel Sidobre

EDITH CALAS AU C.C.A.S. de NARBONNE

0cb4b96eee27d0e4f1146b6b5d209e10.jpg



Edith Calas, art-thérapeute, chanteuse de jazz et également (ou surtout? ou pareillement?) peintre.
Elle expose en ce moment au C.C.A.S. de Narbonne, Quai Mirabeau.
Inspiration jazz en juxtapositions réussies.
A voir absolument.

Michel Sidobre

09:45 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : edith calas, peintre