Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2008

LA REPUBLIQUE N'EST PAS UN BORDEL!

a776970a9b33049b1644c8f979fcdd55.jpg


Encore ces jeunes filles de l'Est à Prat-de-Cest, au bord de la route.

Le proxénétisme qui nous les amène est un crime contre l'humanité, un nouvel esclavagisme, et, un crime contre l'Etat, en ce qu'il viole les rapports-y compris sexuels- basés dans notre République sur les principes de Liberté, d'Egalité et de Fraternité.

J'attendais un peu des femmes en politique sur ce sujet où les hommes gouvernés trop parfois par leur système hormonal difficilement maîtrisable cèdent lâchement à l'aubaine...

Que faire de ces femmes exilées et opprimées?
Le message de la République devrait être clair:les libérer.

Nous avons besoin d'immigrés pour bâtir la France de demain. Coordonnons les efforts de la police, des C-DIFF, des services sociaux et Centres de Formation : traquons les proxénètes, offrons une réhabilitation psychologique, un apprentissage du français et de la citoyenneté, celui d'un métier.

Que les parlementaires, la Ligue des Droits de l'Homme, arrête aussi le rackett d'Etat: la prostitution n'est pas une transaction commerciale LIBRE dans 99% des cas: que l'Etat arrête de percevoir des impôts et des amendes.
Qu'il y ait débat sur la prostitution.


Michel Sidobre

07:30 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : femmes, violences

27/02/2008

UNE UNIVERSITE DE LA MER A SETE

9b35b097ac4d4efe478678778af13bbe.jpg


Cela figure à titre d'indication dans le programme de l'Agglo de Montpellier, pour le futur de son extension: l'éventualité de la création d'une Université de la Mer à Sète, évoquée par Georges Frêche.

Peut-on rêver d'un cadre plus approprié?
Juste en améliorer un peu la desserte.
Une université "Brassens", "Cendrars";"Paul Valéry" étant déjà donné à la Faculté des lettres de Montpellier ?

Je ne rêve pas de blondes opulentes des films américains étudiant du bord de bassins d'exhition pour cétacés,où, elles-mêmes, dévoilent leur athlétique plastique.

Je pense moi aussi à une université multimodale:

+ Etudes littéraires et ethnologiques des peuples de la mer
+ Etudes scientifiques des courants marins, mouvements mer/continent, composition de l'eau, désalinisation,etc
+ Etudes des poissons, végétaux marins en liaison avec l'augmentation des ressources alimentaires, connectées avec les bassins de production en huîtres, moules, crevettes et la marine de pêche
+ les ressources et problèmes des grands fonds,
+ etc.

Alors, les blondes aussi pourront intégrer cette faculté mais pas seulement, vue sa compétence particulièrement méditerranéenne...

Michel Sidobre

25/02/2008

LE MIRACLE DE LA CESSE

e3d3cc61ecbd64524b04fdba06ed1052.jpg


L'an dernier, victime d'un accident de la route, je n'avais pu me rendre à la "Fête de la Bigarade" à La Caunette.
Chose faite, le week-end dernier.

Je ne parlerai pas des agrumes: -j'ai un faible pour les cédrats jaune-citron "Main de Boudha"-mais de la Cesse: avec une eau vive qui coulait pour la joie des personnes du désert nigérien qui m'accompagnaient: la grand-mère et l'enfant.
Le miracle de l'eau, capricieuse ici, puisqu'elle ne se montre pas chaque année.

Curiosité: l'an dernier, plus loin , à Minerve nous nous promenions sous les ponts naturels à sec, et aujourd'hui nous pouvions nous réjouir de ce simple spectacle visuel et sonore.
Le bel écoulement de l'eau parmi les galets...

Et puis, dans le village, la gentillesse héraultaise : un homme nous invite à boire le café, donne des barres chocolatées à l'enfant, nous parle, nous échangeons...

Bel Hérault que j'aime!

Michel Sidobre

LA VIE DES AUTRES...

2bf7a18eebd86e6847bbaa55be47d2f6.jpg


Non, je ne vais pas faire de cancans!

En regardant, ce matin, par ma fenêtre, je voyais une ou deux personnes passer vers 7 heures.
Je pensais à mon enfance: comment faisaient mes parents pour être toujours debouts avant moi ?

Peu à peu, le temps passa, et je pus me lever aussi tôt qu'eux mais je ne les précedais jamais.
Grâce à eux , je me levai de bonne humeur pour aller à l'école, et de très bonne heure pour l'ouverture de la pêche aux écrevisses.
J'avais pris de "bonnes habitudes".

Tellement, qu'il m'est arrivé de travailler de nuit ou de très bonne heure: machine à moût concentré en coopérative, chemins de fer, gardiennage de nuit...

J'ai pu alors m'apercevoir que les vies se croisaient et se complétaient dans nos villes.
Quand je dors, d'autres veillent sur moi...

Cela est rassurant et nullement mystique, c'est la vie des hommes en société.

Michel Sidobre

22/02/2008

LE RETOUR DU PRINTEMPS

bb684ee8bcb8b174b56c5bef94034150.jpg


Certains me disent: "on a encore le temps!", en me parlant du printemps.
Pour moi, il est déjà là dans les forces de renaissance: l'asperge qui pousse, les amandiers en fleurs, une douceur qui s'insinue parfois et bientôt après les ondées, l'odeur chaude de la terre prête à produire ses bienfaits et à renouveler le décor champêtre de nos promenades ...

Je ne peux l'attendre. Comme un enfant, je trépigne, peste au moindre vent un peu trop frais, tendu pour prendre ma revanche et offrir ma peau enfin, au soleil revenu.

Je me suis apprivoisé à la Clape, je n'ai plus eu cette peur de la mer quand, enfant timide, je m'approchais de ces vagues et me trouvais dans ces foules estivales des années 60.

Je suis devenu du pays de mes parents, moi, qui, sauvageon, parcourait librement les prairies et les forêts de ma Lozère natale.

J'ai pris goût au sec, au chaud, à l'aridité.

J'ai respiré les sèves chaudes.

J'ai aussi aimé.

J'aurai vécu, en ce monde, en ce pays, en cette région.

Le jour venu, avec regrets, je quitterai tout cela, ces possessions de rien, mes sens se tairont, je n'écrirai plus ce qui m'entoure: je serai mort.

Le ciel sera bleu pour d'autres...

Michel Sidobre