Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2016

Cinéma & Occitanie : est-il possible de déplacer les centres de décision ?

Dans l'Hexagone, le CNC (Centre National du Cinéma) étend sa toile dans toutes les "régions".

Son objectif est de décentrer les tournages par rapport à PARIS, en développant le Cinéma EN Région, ce qui n'est pas le Cinéma de CHAQUE région, mais le Cinéma parisien et international, utilisant les décors, les techniciens et la main d'oeuvre précaire en qualité de "figurants".

Oui nous " figurons " ainsi que les endroits dans lesquels nous vivons rendus " pittoresques " par l'image cinématographique qui s'ajoute à celle de l'oppression "touristique " à laquelle nous avons été obligés de nous adapter à partir des années 60.

 

Or, depuis quelques années, bénéficiant des techniques cinématographiques rendues relativement "bon marché " et du pied d'acteurs amateurs ou professionnels dans les tournages du CNC, un Cinéma Indépendant se développe, notamment dans l'ex Languedoc-Roussillon et en PACA.

Si les films sont, parfois, de qualité. C'est une qualité maximale eu égard au manque de moyens : ces films sont réalisés avec 0 euros , parfois 10 000 euros quand un film CNC se fait avec un minimum de 1 million d'euros et en général avec des budgets tournant autour de 10 millions.

Quand un film d'ici, Indépendant, sort, il est en général présenté dans trois ou quatre salles, sort en 100 ou 200 DVD et ne bénéficie pas comme les films du CNC de bandes-annonces partout sur internet, quand nous ouvrons notre messagerie, sur les grosses chaînes nationales et les magazines en papier glacé.

La diffusion/distribution fait défaut : jamais on ne peut réellement tester le film auprès d'un public suffisamment conséquent. 

Les choses vont, peut-être, un peu changer, avec la multiplication des chaînes de télévision mais on peut aussi craindre des "programmes", y compris de créations de fictions, du niveau des télé-réalités actuelles...Peut-être une petite niche, cependant.

 

S'il y a une solution, elle est ailleurs et repose à la fois sur le politique qui pour l'instant et très satisfait des miettes données par le CNC, et sur l'initiative privée au niveau d'investissements dans le cinéma de chacune des "régions".

EN OCCITANIE (la Grande) : il s'agirait de demander fortement que le CNC soit obligé de s'engager dans des productions locales à visée " universelle ": avec des scénaristes d'ici, des acteurs et techniciens, y compris réalisateurs locaux, appuyés d'autres venant de l'extérieur.

Le financement pourrait être un co-financement privé du Sud et du Nord, une utilisation des réseaux de diffusion/distribution avec prise de capital occitane pour ceux qui nous concerne et ainsi pour les autres régions.

Il faudrait tendre pour qu'à terme les appareils de diffusion/distribution ne soient pas seulement en des mains "étrangères"...

 

VOLONTÉ POLITIQUE : c'est-à-dire pressions à la base pour développer partout sur l'Hexagone une industrie cinématographique impliquant les personnes de chacune des "régions", avec éventuellement des quotas.

VOLONTÉ ECONOMIQUE basé sur des identités nationales et la volonté pour nos capitalistes de placer leur argent ailleurs que dans la vigne et l'immobilier. Peut-être faudrait-il favoriser l'émergence- comme pour le cinéma CNC-  de sociétés par actions pour aider à la capitalisation dans ce secteur dans nos " régions " dominées. Mais à la fois dans la création et dans la prise de parts dans les secteurs de diffusion/distribution hexagonaux.

 

 Ce texte est bien imparfait et toutes les contributions seront les bienvenues...

 

 

Michel Sidobre dans Les hommesomnies.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 

 

 

Écrire un commentaire