Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2017

LE PSAUME DES BATAILLES

Enfant et athée, en Lozère, j'avais une affection plus marquée pour mes condisciples protestants...

Je garde aussi un souvenir intense du film LES CAMISARDS de René ALLIO, dernière année de Lycée pour moi....Où l'on entend le Psaume en français. 1972 à sa sortie à MENDE.

Alors entre nostalgie et futur ... de la Résistance. 

La version française est interprétée par une Chorale de LA GRAND-COMBE, où vivait ma sœur aînée...

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 Psaume des batailles.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajoutée le 9 janv. 2017

Au XVIème siècle, alors que Jeanne d'Albret décide de faire du Béarn un état protestant, la langue béarnaise devient la langue de la liturgie protestante et Arnaud de Salette est chargé par la souveraine de traduire en béarnais le psautier de la Réforme afin qu'il puisse être chanté pendant les cultes.
Voici un enregistrement du Psaume 68 (le "Psaume des batailles" devenu, dans sa version française, le chant de guerre des huguenots et des camisards lors des guerres de religion) dans cette traduction qui est, de fait, le premier monument de la littérature béarnaise.

 

 

 

 En français :

 

Ajoutée le 27 févr. 2015

Le psaume 68 (67 selon la numérotation grecque) Que Dieu se montre seulement ou Psaume des Batailles est un hymne d'action de grâce évoquant comme une glorieuse épopée la succession d'événements significatifs de l'histoire du peuple d'Israël.
Le texte biblique fut traduit en français par Théodore de Bèze dont Clément Marot en tira une version en vers en 15..., vite dotée d'une mélodie composée par Claude Goudimel, qui fut ensuite incorporée au Psautier de Genève et à ses différentes harmonisations. Durant les guerres de religions et la révolte des Camisards, c'est cette version qui fut reprise par les colonnes en marche des armées protestantes et acquit alors son surnom de « chant de guerre des huguenots ».

Par la chorale "La Cévenole" Branoux-La grand'Combe, 1984.

 

 

 

 

 

 

 

Que Dieu se montre seulement,
Et l’on verra dans un moment
Abandonner la place.
Le camp des ennemis épars,
Épouvanté de toute part,
Fuira devant sa face.
On verra tout ce camp s’enfuir,
Comme l’on voit s’évanouir
Une épaisse fumée.
Comme la cire fond au feu,
Ainsi des méchants, devant Dieu,
La force est consumée.

Mais, en présence du Seigneur,
Les justes chantent sa grandeur
Et sa gloire immortelle.
Et dans la grande joie qu’ils ont
Qu’en fuite, les méchants s’en vont,
Ils sautent d’allégresse.
Justes chantez tout d’une voix
Au Dieu des dieux, au Roi des rois,
La louange immortelle,
Car par l’orage il est porté,
Son nom est plein de majesté,
L’Éternel il s’appelle !

Réjouissez-vous devant lui,
Il est pour la veuve un appui,
Pour l’orphelin le Père.
Lui, l’Unique, est notre recours,
Lui, qu’on adore chaque jour,
Siège en son sanctuaire !
Le Dieu puissant, par sa bonté,
Apporte la fécondité,
Rend la femme fertile.
Il sort le captif de ses fers,
Il se saisit de l’homme fier,
Le chasse hors de la ville !

 

 

 

 

Écrire un commentaire