Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/10/2013

De l'assassinat politique considéré comme un des Beaux-Arts

Ceux qui suivent mes notes savent que je n'apprécie guère ce système démocratique qui poussent les politiques à la démagogie : au mensonge, à plaire, les avilit façon "people " en montrant une vie de couple et de famille qui n'est que pure illusion issue du puritanisme anglo-saxon pris pour modèle...


Je suis un républicain pas un démocrate.


Je me souviens avoir lu, du temps de mes lectures freudiennes, que dans certaines îles lointaines, le roi était élu pour un an, puis mis à mort par le peuple...

Curieuse institution se dit-on au départ, tout à nos préjugés d'occidentaux américanisés, mais, finalement...

Quel bel exemple de dévouement pour la communauté ! Cela me fait penser à un conte où un faux guérisseur réunit des éclopés de toutes sortes : " Vous voulez guérir, bien ! Que deux ou trois d'entre vous se sacrifient, leurs cendres aideront tous les autres à recouvrer la santé..." (Dans le conte tous se défilent et se sentent finalement pas si malades que cela et acceptent leur condition)...

Un an : un temps qui s'il ne permet pas de faire grand'chose évite , en tout cas, de faire trop de dégâts : regardez, Hollande n'a toujours rien fait...

Bien entendu, il y aurait les profiteurs, qui passeraient ainsi un an aux frais de la Princesse, pardon! de la République ! Mais finalement on y gagnerait de précieuses années de mandats cumulés et des retraites sans fin car les fonctions politiques fabriquent de véritables gérontes qu'il nous faut entretenir...

En plus, du moins les premiers temps, les premiers hommes politiques mis à mort, outre la gratitude du peuple pour les services rendus, passeraient à la postérité comme Henri IV, Kennedy, Che Guévara, Martin Luther King...

De même leur assassin publiquement tiré au sort connaîtraient la destinée d'un Ravaillac...

Bon on n'assassinerait pas les assassins, nous laisserons cette spécialité anglo-saxonne à l'affaire Kennedy pour qu'on en parle encore quelques temps...

Oui, l'assassinat politique conserve le politique dans l'immortalité : n'est-ce pas ce qu'il cherche, finalement ?

Une dernière remarque : les avertissements électoraux réitérés aux cliques politiques au pouvoir que cela passe par Brignoles qui est, de toute évidence, le nouveau Dreux, les taux d'abstention... ne marquent qu'une chose : la profonde envie d'assassiner des politiques qui nous trompent à longueur d'année...

Rassurez-vous je ne passerai pas à l'acte, je ne tuerai point, je ne vais pas, en plus d'être grugé leur fournir...l' IMMORTALITE !!!


Michel SIDOBRE

Auteur:

http://sidobremichel.onlc.fr

Acteur:

http://michelsidobre.onlc.fr


272-3.jpg