Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/12/2007

ENCORE SUR LE CALENDRIER...

11321de44a6a576887eed0d4f9f54a6d.jpg


Philippe-François-Nazaire Fabre d'Eglantine





Et si finalement on se contentait de laïciser le calendrier actuel afin de rester en adéquation avec nos voisins car en revenir au calendrier républicain pourrait poser des problèmes de compatibilité comme on le dit en informatique?

Pour l'origine, il suffirait de trouver par exemple un évènement dans la vie de la République romaine se situant en l'année zéro. Convention de départ. l'utilisation des termes de Notre Ere ou Avant Notre Ere, serait suffisante pour situer les dates.

Les jours de la semaine pourraient être conservés sauf ceux de fin de semaine (week-end comme on dit en français!):

Lundi: jour de la Lune
Mardi: jour de Mars
Mecredi: jour de Mercure
Jeudi: jour de Jupiter
Vendredi: jour de Vénus

Pour Samedi : il faudrait pouvoir le rattacher à Saturne et non au sabbat, peut-être pour une fois en se rapprochant du "Saturday" anglais .Ignorant en anglais, je ne sais pas si ce terme désigne Saturne, en tout cas la graphie y fait penser;pourquoi pas "Saturdi"?

Idem pour Dimanche (Dies Dominicus) qui pourrait devenir le centre de notre système solaire et l'aboutissement de la semaine, à l'imitation du "Sunday" anglais : "Soldi", par exemple ou "Solardi".Le jour du Soleil.


Les mois font appel, eux aussi à des divinités perdues et ne peuvent prêter à polémique: c'est le fond culturel commun de tous ceux qui veulent vivre en Occident : la référence au passé gréco-latin.
Le fond judéo-chrétien important dans l'art et la culture ne doit pas interférer dans le compte de nos jours actuels, jours d'une société administrée laïquement.

Janvier ......Janus
Février .......Mois de purification
Mars .......Mars
Avril......... ? (si quelqu'un a une version, je suis preneur) J 'ai vu sur Wikipédia : Aphrodite
Mai .......... Maïa (les sénateurs: "maïores" sur Wikipédia)
Juin ........ Junon
Juillet ...... d'après "Jules" César (antérieurement "Quintilis" = 5 ème mois, l'année commençant en mars.
Août .........d'après "Auguste" Octave( antérieurement "Sextilis"= 6 ème mois)

Les autres mois correspondent au numéro du mois, toujours en partant de mars:

Septembre .... sept
Octobre .....huit
Novembre ....neuf
Décembre ... dix

Cette réforme ne se fera pas en 2008.
J'ajoute que la créativité moderne aurait des noms à donner à chacun des jours, conformes à l'univers dans lequel nous vivons.

Enfin, si cette novation proposée vous fait bouder, peut-être, vous et moi, nous aurons appris de nouvelles choses
sur ces jours qui passent sous la voûte céleste...

Michel Sidobre

28/11/2007

LE CALENDRIER :VENIN DU VATICAN

32ead1f1ae901d0da72de8f495697fb2.jpg


Oui, j'écris aujourd'hui dans la rubrique "politique".

Après tout, l'article Ier de notre Constitution indique que nous vivons dans une "république laïque, démocratique et sociale". Il ne vaut mieux pas parler des deux derniers termes, quant au premier, il fait question.

Nous sommes, en effet, doté d'un calendrier, qui ne correspond ni au principe de laïcité, ni bientôt à la composition socio-religieuse de notre société.

Par contre, son influence aussi pernicieuse que quotidienne agit comme un message subliminal par ses références aux saintes et saints, fêtes religieuses strictement catholiques.

La fête de chacun vient faire rappel d'une religion moribonde; fort heureusement, les couples de plus en plus souvent se libèrent de ce joug en choisissant des prénoms non répertoriés par ce calendrier.

Qu'attend-on pour achever la bête malade?

Les mouvements des planètes seuls doivent fournir les dates clefs des saisons, le reste : célébration de la nature ou de l'industrie humaine, commémorations historiques de l'unité nationale.

Et pourquoi pas le calendrier républicain?

Si l'on nous objecte que nous serions les seuls en Europe, il faudrait rappeler que c'est souvent sur notre exemple que les autres pays du Continent ont pu trouver une voie plus juste...

Cette réforme serait de nature à respecter pleinement la croyance ou la non-croyance de chacun.

Michel Sidobre