Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2007

LE CHARDON DORE, MIAM!!!

medium_Chardons.jpg

En Lozère, je suivais ma mère aux champignons et nous allions au-dessus de Montmirat, cueillir des mousserons (marasme des oréades), un peu au-dessus d'un endroit "La Fage" où nous pêchions la truite, où je taquinais les grenouilles sorties des gigantesques accumulations d'oeufs gélatineux et transparents, où, le printemps venu, je m'immergeais dans les champs de jonquilles et les narcisses à perte de vue.

Cet endroit un peu plus loin que le ruisseau était plus sec, austère, j'aimais particulièrement les nuages bas qui portaient leurs ombres au-dessus de prairies sèches... Les quelques arbres qui dominaient de leur rareté, et les blocs de granit partout présents.

Là, une rare fois, ma mère voulut cueillir des "chardouilles", en fait des chardons dorés, quand ils sont encore verts. Munie d'un vieux couteau de cuisine qui servit parfois à déraciner des gentianes jaunes, elle contournait le centre de la fleur afin de le dégager des...(feuilles, sépales ou pétales) qui rayonnaient tout autour, sans trop se pîquer!

...Nous mangeâmes, ce qui s'appelle aussi "artichaud sauvage": la saveur était soutenue, parfum de montagne que j'aimerais, un jour, retrouver...
Ces chardons d'or quand ils viennent à sécher se retrouvent sur les portes des bergeries où ils servent à prédire le temps...

Michel Sidobre