Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/10/2007

QUI S'OCCUPE DES CHIENS DANGEREUX ?

medium_PITBULL.JPG

Je l'indiquai au passage dans un de mes récents articles, je vois à Narbonne et je pense qu'il en est de même dans les autres villes du Languedoc-Roussillon, un nombre important de chiens dangereux-et ceux-ci ne sont pas de pierre comme la nouvelle gargouille qui "orne" la Cathédrale - sans muselière.

Ces chiens sont le plus souvent conduits par de jeunes maîtres marginaux qui semblent ne pas être toujours maîtres d'eux-mêmes.
...Mais pas seulement: je suis surpris, de temps à autre, de voir une jeune fille, qui, sans doute, se croit protégée d'être accompagnée d'un pareil animal.
C'est le défaut de muselière qui me semble le point le plus grave, tout pouvant arriver...

Je ne pense pas que ce soit la Police Nationale déjà surchargée de tâches diverses qui doive s'en occuper.
Dès lors, il reste les polices municipales des différentes villes, qui, elles aussi, ne manquent pas d'ouvrage.

Si, vu le grand nombre de chiens dangereux sans muselière, elles n'interviennent apparemment que très peu, on peut se demander si elles bénéficient des équipements afin de faciliter des interventions dans des conditions de sécurité pour les personnels ?

Traditionnellement, c'étaient les pompiers ou un service de fourrière qui intervenait, mais les pompiers n'interviennent que quand souvent il y a déjà eu de la casse...Eux, aussi sont "surbookés" comme l'on dit dans notre langue semi-colonisée.

Alors, doit-on laisser faire?

Michel Sidobre

25/09/2007

LES PAUVRES NE VOUS MORDRONT PLUS!

medium_Daumier.jpg

Si je suis exaspéré par les divagations de jeunes que la société drogue et qui traînent par bandes accompagnés de chiens dangereux non muselés en pensant aux jeunes enfants qui pourraient en être les victimes, notamment à Narbonne, je me dis que la pauvreté de condition n'a plus malheureusement que cette arme pour mordre,...indistinctement.

Quant aux pauvres modestes, non encore marginalisés, on les repère aisément à leurs lèvres flasques que ne soutiennent plus aucune dent. Signe de pauvreté la denture ou plutôt son absence stigmatise...
Ils sont humblement habillés et ne cherchent pas à se faire remarquer, s'excusant à tout propos, s'excusant d'être tout simplement au monde.

Sur les télévisions les joueurs de rugby bien rétribués et bien campés sur leurs jambes, sourient ou grimaçent leurs dents protégées par des protège-dents colorés. ..

Michel Sidobre