Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2009

CHRISTIANE ET L'ESCLAVAGE...

TAUBIRA.JPG

Ce n'est pas le premier livre que je lis concernant l'esclavage.

Je recommande particulièrement "Une histoire mondiale de l'esclavage, de l'Antiquité à nos jours" de Christian Delacampagne et l'on sait qu'en me régalant d'héroïc-fantasy j'avais apprécié les références faites dans la série "Les aventuriers de la mer" de l'auteur(e) américaine Robin Hobb.

Le livre de Christiane Taubira, bâti autour de l'esclavage et de la loi qu'elle a fait adoptée, est un livre clairement de transmission.

Pas une transmission "raciale" ou liée à la couleur de peau, mais un livre qui interroge la société française dans l'oubli de l'histoire, son édulcoration. Sans concession- comme je l'ai entendu dire- pour la traite arabo-musulmane, qui, évidemment ne rentre pas dans le cadre de notre loi.

Elle témoigne aussi des résistances encore actuelles, comme par exemple, le refus de l'Assemblée, d'introduire le mot "déportation". Pourtant c'est la ou une des premières déportation massive d'hommes, de femmes, d'enfants, à l'échelle de plusieurs continents. Notre histoire récente, elle aussi, nous fait perdre l'échelle réelle des horreurs.

La question essentielle est actuelle : si l'Occident a pu se livrer à une accumulation du capital - tous les économistes ne sont pas d'accord - qui lui a permis de passer à une économie capitaliste "mondialisée" , comment va-t-on, aujourd'hui, se livrer à des échanges plus équitables avec les pays qui ont pris du retard?

Question politique d'aujourd'hui dont on parle mais dont on ne voit pas toujours les avancées...

Pour finir cette note, j'indique qu'il est dommage de voir sur les listes politiques de toutes couleurs "politiques" des boys ou girls de service, censés représenter la "diversité", alors qu'ils ont à représenter notre pays qui est aussi - pas toujours "également", certes - le leur.

On ne s'improvise pas élu républicain, c'est aussi un métier. Mme Taubira de ce point de vue est un exemple qui, je l'espère sera suivi par des jeunes de toutes les couleurs...

Dommage que son appartenance à un petit parti n'ait pas permis qu'elle se présente en direct à l'élection présidentielle, la dernière fois...Espérons que ce ne soit que cette appartenance qui l'ait desservie... Je ne pratique ici aucune discrimination mais j'ai mes préférences en matière de candidat(e).

Michel Sidobre

26/11/2007

NE PLUS RIEN ESPERER

bbc0f422ed388253b07cb446675cd477.jpg
Khrisnamurti le disait bien : il ne faut pas entrer dans le cycle de l'espoir/désespoir.
Comprendre: ne rien espérer.
J'ai trop espéré de mes quelques qualités professionnelles ou littéraires.

A bientôt 53 ans, je me retrouve en grosse difficulté avec un mi-temps dispersé sans péréquation pour les déplacements sur un ESAT comprenant 3 sites et une vacation de 3 heures par mois sur un Foyer pour personnes en situation de handicap . Il faut savoir que la misère ne rapporte pas!

Quant à l'écriture: passe-temps de semi-chômeur, je puis donner maintenant la réponse à mon appel /questionnement précédent :"Y-a-t-il une femme dans la région?", réponse: il n'y en a pas. A savoir une femme politique ou investie dans le mouvement associatif.
Je le savais déjà pour les hommes politiques aux abonnés absents, et j'ai plaisir à le redire: il n'y a que deux hommes politiques dans la Région Languedoc-Roussillon: Georges Frèche et un élu discret du narbonnais que je ne nommerai pas.

Et n'ayant plus de télévision depuis un temps certain, je ne puis même pas rêver d'un autre avenir pour la France et pour mon emploi, en regardant Christiane TAUBIRA, seule à véritablement défendre encore un vrai modèle républicain et social.
Injustement confinée à jouer les seconds couteaux derrière le produit marketing "Ségolène" dont nous savons maintenant qu'elle n'a tenu que le temps d'une Star Acad électorale, elle reste une voie possible pour une refondation à gauche...

Mais tout cela peut faire vivre l'esprit mais ne me remplit pas le placard aux provisions.

Pour parler cette langue que je déteste : "No future".

Michel Sidobre