Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2017

Michel SIDOBRE : Hypertrophie de certains secteurs économiques...aléas viticoles

Je me souviens que jeune militant, je m'étais amusé d'une analyse de l'AJS/OCI (actuel Parti Ouvrier Indépendant) qui estimait que les forces productives avaient chuté depuis 1914...

L'analyse introduisait des "forces destructives" qui finissaient par annuler l'augmentation de la production...

Mais ce n'est pas faux du tout ...

 

Et il est vrai que par exemple, notre industrie d'armement paraît - la nécessité de se défendre ou d'attaquer préventivement mise à part - est relativement hypertrophiée par rapport à d'autres secteurs plus directement utiles...

Il en est de même de la nébuleuse du tertiaire : l'industrie du loisir (je crois que l'on en parlait déjà dans LE MEILLEUR DES MONDE d'Aldous Huxley) consiste à créer de nouveaux jeux, de nouveaux sports pour lesquels l'achat de matériel est nécessaire...

Or, si le loisir est nécessaire, ce développement énorme, hypertrophique, n'oriente pas les applications informatiques, plasturgiques, etc. vers les besoins sociaux les plus importants et prive d'autres secteurs, comme l'agriculture, le secteur industriel (plus lourd) de travail et donc de produire...

Les retombées qui pourraient être évoquées sont mineures.

Il en résulte des sous-exploitations ou de mauvaises exploitations de ressources : comme celles de la mer (reprises par Jean-Luc Mélenchon). Ce secteur devrait se développer avec des cultures : algues, poissons, coquillages de manière raisonnée et nouvelles ressources énergétiques " propres".

Produire pour produire aboutit à des impasses.

L'actualité de notre région - qui concerne la viticulture- en est une toute petite illustration - (je ne critique pas les viticulteurs qui certes peuvent vivre des situations difficiles) : les viticulteurs du Midi s'étaient rangés à une politique de vins de qualité, ils voudraient maintenant, sous la pression des exportations d'autres pays, en revenir à des vins de qualité courante (actuelle).Question de quantité et d'argent...

Que de désordre économique !

Peu à peu, de moins en moins marginalement, on en revient à se dire qu'il faut remettre des travailleurs dans le " secteur primaire " de l'économie : agriculture, exploitation de la mer, sylviculture, voire mines... Avec surtout, une approche écologique, pour l'instant.

L'approche qui doit guider est principalement une approche humaniste : développer les connaissances, le travail pour assurer les besoins matériels et spirituels (intellectuels, affectifs, artistiques) des femmes et des hommes.

Et non pas, faire monter des chiffres de production et sur le plan international : d'exportations.

 

 Michel SIDOBRE Economie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

15/11/2016

SOCIÉTÉ : la région occitane, une force économique!

Un reportage de Stéphane KOWALCZYK sur le Colloque tout récent consacré à l'économie occitane...

Jean Pierre LAVAL.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajoutée le 14 nov. 2016

Dans le prolongement de l'appel de juin des 53 chefs d'entreprises favorables au nom Occitanie pour la grande Région, Pais Nostre organisait un colloque sur le thème : la région Occitanie, une force économique ! samedi 12 novembre à la salle des Synodes de Narbonne.Jean-Pierre Laval nous explique pourquoi mettre en avant le savoir -faire, le dynamisme et les valeurs occitanes des entrepreneurs de chez nous.Gilles Bourguignon, gérant de la société « le fournil de Gilles » nous fait part de son enthousiasme à travailler en région occitane.
Gérard Zuchetto, spécialiste de l’art des troubadours, clôture le colloque avec une intervention et un concert de son groupe Art Trobar.

Production
http://msk-productions.blogspot.fr/
Réalisation
http://kowalczyk-stephane.blogspot.fr/
Diffusion
http://ecranlocal.blogspot.fr/

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 

 

 

02/11/2016

Cinéma Indépendant : Du court au long-métrage : est-ce bien la voie ?

Etudiant depuis plusieurs notes de ce blog, la possibilité d'une véritable économie du Cinéma Indépendant, notamment en Zone Sud...un rapport de la Cour des Comptes sur France Télévision vient de me donner une piste supplémentaire...

Notes précédentes : 

1

2

3

 

L'analyse critique et économique porte, entre autres, sur l'obstination à produire des fictions de 90 minutes qui ne se vendent qu'en interne alors que les SÉRIES télévisées bénéficient d'un véritable marché international...

 Un peu en retard, dans le Cinéma Indépendant, on se concentre de plus en plus pour passer du court au long-métrage...sans plus de rémunération, selon l'usage du bénévolat et avec peu de chances d'aboutir sur de la vente télé ou sur de nombreuses présentations en salles...

A côté de cela, beaucoup de jeunes passent par la Web-série, peut-être sont-ils déjà beaucoup plus proches d'un " produit " commercialisable...

La difficulté à leur propos c'est que les créations en Web-séries restent trop souvent cantonnées dans du cinéma, de la fiction, de " genre " et très souvent dans une admiration qui reproduit encore de trop près les modèles imités.

Mais " à la manière de " fait partie des exercices aussi de la rhétorique cinématographique et de futurs réalisateurs, comédiens, techniciens peuvent en émerger...

Pour l'instant, qui s'engage dans de la série potentiellement en mesure d'intéresser des chaînes de télévision par une patte originale et avec cet objectif clairement défini ?

 

 

Il faut bien vivre et votre serviteur se loue en figurations rémunérées, vie en Esprit grâce à des rôles non rémunérés dans le Cinéma Indépendant...

OUI, mais peut-être peut-on faire autrement si on s'en donne les moyens intellectuels par une réflexion sur l'économie du cinéma et de la télévision.

A suivre...

 

Collage MS.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 

16/10/2016

Cinéma Indépendant : Le cercle vicieux de la non-économie

Je l'indiquai déjà lors de notre direct :

 

Un direct, d'ailleurs " marqué " d'un logiciel d'essai par manque de financement.

Le Cinéma Indépendant est, surtout en Languedoc-Roussillon, moins en PACA, me semble-t-il, est donc coincé dans une région où les investissements se font dans l'immobilier et la vigne.

Sans de véritables Maisons de Production capables d'ouvrir au public, ce qui est pour l'instant un ghetto : le cinéma indépendant.

Un cinéma qui, pour moi, n'a pas vocation à le rester, et doit faire partie d'une économie globale : des films où les acteurs et techniciens seraient payés et pour tout dire où il y aurait un véritable budget PUBLICITÉ avec a minima des pavés dans la presse régionale et pas seulement deux ou trois articles, même si ceux-ci sont de très bonne qualité, remercions au passage Lionel ORMIERES qui au Journal L’INDÉPENDANT fait un travail remarquable.

Oui, car en voyant les publics squelettiques et souvent avertis qui viennent voir nos films, on se dit qu'il est bien dommage que nous ne mutualisions pas nos efforts en créant un FOND PUBLICITAIRE, alimenté par des collectes sur les sites participatifs et/ou nos propres deniers- quand nous en avons-.

RENCONTRER LE PUBLIC, c'est souvent ce qui manque cruellement alors que une bonne partie de nos productions sont maintenant au mieux de ce que nous pouvons faire avec ce manque de moyens budgétaires.

Je le disais aussi ; " Nous sommes plutôt cigales " et l'argent injecté dans ce circuit serait très vite dépensé à acheter des caméras et autres matériels et dans notre consommation quotidienne ce qui ferait aussi travailler tous les autres secteurs économiques.

Quant à l'aide d'ETAT à savoir CINÉ LANGUEDOC-ROUSSILLON , elle n'aide presque pas le Cinéma DE LA RÉGION, chargée qu'elle est de développer le cinéma EN RÉGION, c'est-à-dire financer et rendre possibles des tournages parisiens ou internationaux qui font ensuite travailler, effectivement, des techniciens, des figurants et nos acteurs mais cantonnés dans des petits petits rôles.

C'est une vision des politiques, ce ne peut être la nôtre.

Alors, essayer de MIGRER dans le cinéma qui a les moyens en essayant de se faire connaître par nos réalisations dans le Cinéma Indépendant ?

Difficile! Pour cela nous languedociens du Cinéma, souvent interdit de parler dans le cinéma qui a les moyens à cause de notre propre accent dans des films qui sont censés se passer ici .

Quant à une économie privée occitano-catalane qui prendrait l'affaire en mains, elle n'est pas encore née et on peut espérer que le prochain colloque de PAÏS NOSTRE consacré à notre économie aborde au moins le sujet...

Une issue peut-être, proposer directement nos films aux chaînes de télévision qui représentent aussi un marché important ...

NOUS SOMMES LES MIGRANTS DANS NOTRE PROPRE PAYS  OCCITANO-CATALAN !

 

Lilou Direct.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 

11/10/2016

UN COLLOQUE sur OCCITANIE & ECONOMIE...

 

Ouvert à tous, à l'initiative de PAÏS NOSTRE ...

Voir une note précédente :

http://sidobremichelnarbonne.midiblogs.com/archive/2016/0...

Affiche - Colloque (2).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur