Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2017

Michel SIDOBRE : Hypertrophie de certains secteurs économiques...aléas viticoles

Je me souviens que jeune militant, je m'étais amusé d'une analyse de l'AJS/OCI (actuel Parti Ouvrier Indépendant) qui estimait que les forces productives avaient chuté depuis 1914...

L'analyse introduisait des "forces destructives" qui finissaient par annuler l'augmentation de la production...

Mais ce n'est pas faux du tout ...

 

Et il est vrai que par exemple, notre industrie d'armement paraît - la nécessité de se défendre ou d'attaquer préventivement mise à part - est relativement hypertrophiée par rapport à d'autres secteurs plus directement utiles...

Il en est de même de la nébuleuse du tertiaire : l'industrie du loisir (je crois que l'on en parlait déjà dans LE MEILLEUR DES MONDE d'Aldous Huxley) consiste à créer de nouveaux jeux, de nouveaux sports pour lesquels l'achat de matériel est nécessaire...

Or, si le loisir est nécessaire, ce développement énorme, hypertrophique, n'oriente pas les applications informatiques, plasturgiques, etc. vers les besoins sociaux les plus importants et prive d'autres secteurs, comme l'agriculture, le secteur industriel (plus lourd) de travail et donc de produire...

Les retombées qui pourraient être évoquées sont mineures.

Il en résulte des sous-exploitations ou de mauvaises exploitations de ressources : comme celles de la mer (reprises par Jean-Luc Mélenchon). Ce secteur devrait se développer avec des cultures : algues, poissons, coquillages de manière raisonnée et nouvelles ressources énergétiques " propres".

Produire pour produire aboutit à des impasses.

L'actualité de notre région - qui concerne la viticulture- en est une toute petite illustration - (je ne critique pas les viticulteurs qui certes peuvent vivre des situations difficiles) : les viticulteurs du Midi s'étaient rangés à une politique de vins de qualité, ils voudraient maintenant, sous la pression des exportations d'autres pays, en revenir à des vins de qualité courante (actuelle).Question de quantité et d'argent...

Que de désordre économique !

Peu à peu, de moins en moins marginalement, on en revient à se dire qu'il faut remettre des travailleurs dans le " secteur primaire " de l'économie : agriculture, exploitation de la mer, sylviculture, voire mines... Avec surtout, une approche écologique, pour l'instant.

L'approche qui doit guider est principalement une approche humaniste : développer les connaissances, le travail pour assurer les besoins matériels et spirituels (intellectuels, affectifs, artistiques) des femmes et des hommes.

Et non pas, faire monter des chiffres de production et sur le plan international : d'exportations.

 

 Michel SIDOBRE Economie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

16/03/2016

ESCALE à Sète...

On n'a pas besoin d'avoir un bateau, ni le pied marin pour apprécier cette Fête où il y a certes des bateaux mais aussi des chants, des dégustations...et l'occasion de se faire un petit restau sur l'Île Singulière !

 

Site :

Escale à Sète

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

Michel Sidobre Acteur

 

Escale à Sète.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/06/2009

REGATE DU GRAND NARBONNE: GRAND LARGE ET BELLES TERRES

Enfin! Un projet des politiques, orienté vers le tourisme et la valorisation de nos produits languedociens: vigne, poissons, peut-être miel(?) qui me séduit.

C'est déjà une idée qui rejoint les traditions méditerranéennes comme la course du Palio voit s'affronter plusieurs quartiers d'une ville, ici, une régate donne lieu à une compétition amicale entre villes et villages du Grand Narbonne: l'anguille de Bages tirera t-elle son épingle du jeu, Villedaigne toute petite aura-t-elle tout d'une grande?

Oui, terres et Mer liées ensemble comme notre destin méditerranéen.

Si cette compétition présente aussi nos lieux et nos produits, peut-on imaginer un développement sur l'axe culturel toujours peu pris en charge sur le Grand Narbonne?

En tout cas, chapeau! C'est la première initiative où je sens la tradition - dans ses valeurs positives - de retour!

Michel Sidobre

Regardons la présentation grâce à ECRAN LOCAL, la Web Télé d'ici:

 

08/03/2009

LE GRAU DU ROI : ROYAL!

grau-1[1].jpg

Sous influences provençales et languedociennes, le Grau-du-Roi offre un aspect typique d'une ville de Méditerranée, à deux pas de la réussite urbanistique de la Grande-Motte.
Ici, c'est un peu le vrac et la variété, qu'on aime bien en Méditerranée: chacun décore ou construit sa maison beaucoup à son idée et un peu légalement parce qu'il faut s'y plier à ce pouvoir un jour venu du Nord...

C'est surtout ce Grau, cette ouverture vers la Mer, Notre Mer, par où l'imposante flotte de pêcheurs accède à la ressource.
Etalage de filets, de bacs, de pontons, au fil de l'eau...

L'architecture se donne à voir, à peine lève-t-on les yeux: belle et disparate, avec ses fers rouillés, ses dentelures aux corniches des toits, ses sculptures inattendues...

Une ville marchande de fruits et de breloques pour touristes, une ville animée de cafés et de restaurants où à 16 heures on est encore à table.
Une ville du "jaune" où l'alcoolisation reste traditionnelle quant à ses ingrédients d'absorption et, sans doute, de causes: une foule de jeunes passe le verre en plastique "51" à la main: en apparence, insouciante...

Méditerranée aux odeurs marines et de pastis mêlées.
Pauvre et riche, riche de sa pauvreté parfois et de sa diversité toujours!

Belles images qui font respirer la Région et ceux qui passent par le Grau...

Michel Sidobre



Découvrez Georges Brassens!


09:17 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pêche, mer, languedoc

LA GRANDE-MOTTE, VILLE SOLAIRE...

V%20V%20F%20Grande%20Motte[1].jpg


Je souhaite bien du courage à l'équipe super-municipale du Grand Narbonne, pour ouvrir le carcan de l'agglomération narbonnaise: seul, à mon avis, un bombardement atomique pourrait les y aider.
Ici, tout est petit.
Certes, il y a une poésie des venelles, l'été, entre ombre et lumière...

Alors, aller respirer à la Grande-Motte nous a semblé salutaire.
Les pyramides qui donnent une vue large sur notre Mer Méditerranée, bleue de beau temps...
Et les grands pins parasols qui ont tenu sous la tempête.

De vastes espaces libres ouverts au soleil: plusieurs places narbonnaises y entreraient! Et pas de route barrant l'accès à la mer comme à Narbonne-Plage!
La Grande-Motte sous le soleil où prospèrent des espaces verts magnifiques: pins et mimosas...

Ici, on se sent enfants solaires et maritimes, ici, on se sent méditerranéens.

Reste le bémol d'une ville conçue pour les plus riches.
Mais sans l'attractivité touristique de l'aménagement du Languedoc-Roussillon, nous nous démènerions encore pour chasser les moustiques ou nous aurions été déportés en masses vers de toxiques cités industrielles ou de lugubres villes administratives du Nord...

Vive la mer et le soleil!

Michel Sidobre



Découvrez Charles Aznavour!