Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2018

Michel SIDOBRE : Figuration dans " Donne-moi des ailes" de Nicolas VANIER à Le Cailar (30)

J'ai profité de cette journée pour revoir mon grand ami de l'Université Paul Valéry, Patrick GARDIES, retrouvailles amicales et culturelles...

Ensemble nous avons fait le tour du village en travaux et en tournage! Une plaque d'un fondateur de LA CROIX ROUGE, natif du lieu. J'amenai mon ami sur un chantier de fouilles auprès duquel je m'étais préalablement garé; nous y échangeâmes quelques propos avec le responsable qui répondit aimablement à nos questions. Il s'avéra qu'il avait été en contact avec Marc AZEMA dont la Société " Passé Simple" assure de nombreux documentaires sur des fouilles dans notre région. Il s'avéra, en outre, que les jeunes qui fouillaient sous nos yeux, étaient d'actuels étudiants de l'Université Paul Valéry!

Curieusement, après, sur le tournage, je rencontrai la jeune Juliana qui originaire de Narbonne avait eu quelques cours de cinéma avec Stéphane KOWALCZYK, l'associé de Marc.

 

Beau village, en chantier, qui devrait s'épanouir à l'issue de ceux-ci.

Le tournage a été détendu, sympathique avec un réalisateur concentré mais avec le sourire aux lèvres.

Je ne dévoilerai rien de la scène tournée sinon que j'y figurai en qualité de Colonel de Gendarmerie.

Des rencontres sympathiques et intéressantes ce jour.

 

Michel Sidobre Colonel de Gendarmerie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0399.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel SIDOBRE

Les recueils de Michel Sidobre à la FNAC

Voix vivante de Méditerranée

 Michel Sidobre Acteur

 

 

15/08/2008

1920 NARBONNE...

c1722abb75b004dbe3bc82d61c4ebeec.jpg


La nouvelle Municipalité a décidé -comme l'on dit- de tordre le bâton dans l'autre sens et même d'abandonner les Médiévales au profit d'une animation "1920"...

Si les Médiévales devenaient lassantes c'est qu'elles ne correspondaient ni à un projet culturel, ni à un projet de développement économique et commercial et donc pas à un projet touristique.
J'ai, en mon temps, assez critiqué ce cercueil en plastoche promené dans la ville et cette vision d'un Moyen Âge imprécis qui aurait pu se trouver aussi bien au-dessus de la Loire, quid? de la spécificité occitane...

Y-a-t-il un projet 1920?

Je crois que oui. On le ressent quand on est d'ici mais la question est de le rendre lisible aux touristes.

On sent bien que cela tourne autour d' une qualité de vie (prêtée à cette "Belle Epoque" qui comptait aussi ses pauvres), du vin et des produits fermiers du département et de la région.
Promotion possible donc de nos productions...

Il faudra donc aligner le marché scrupuleusement sur ce type de produits et laisser un peu l'artisanat que l'on peut voir partout en France à d'autres manifestations.

Coup de rétro par la participation de la population au projet c'est une grande avancée en cette ville de Narbonne et un vrai point positif.

Idée qui m'est venue en regardant le défilé de samedi: les oies ont été le clou du spectacle : d'abord renforcer la présence de producteurs de foie gras sur le marché mais peut-être proposer en ce rétro rural 1920, une petite ferme avec des animaux pour les enfants.
Les jeunes citadins ayant aujourd'hui la bougeotte, quelques animations actives du genre promenade en poney seraient appréciées à n'en pas douter d'eux-mêmes et de leur famille!

Quant au thème de la qualité de vie, elle pourrait être illustrée par une présence importante d'information sur les tables d'hôtes et gîtes ruraux des alentours, restaurants et lieux de détente.

A ce sujet, le journal rétro est une bonne idée à condition d'en faire un vrai instrument de communication: de ne pas y mettre des publicités de dinosaures disparus mais, au contraire, de jouer à plein l'uchronie et de le remplir avec des publicités concernant les produits, gîtes, animations de l'année en cours, peut-être avec un style 1920...

Pour la musique, intercaler de la musique occitane actuelle qui parle "ruralité" et racines comme celle de "L'art à tatouille" serait bienvenu aux côtés des "scies" parisiennes fort écoutées à l'époque, c'est vrai, car nous y perdons notre image typique.

A chacun d'apporter sa pierre, je ne la jette pas mais la dépose respectueusement devant l'Hôtel de Ville.

Michel Sidobre



Découvrez L'art A Tatouille!

10:20 Publié dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vins, oies