Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/02/2008

UNE UNIVERSITE DE LA MER A SETE

9b35b097ac4d4efe478678778af13bbe.jpg


Cela figure à titre d'indication dans le programme de l'Agglo de Montpellier, pour le futur de son extension: l'éventualité de la création d'une Université de la Mer à Sète, évoquée par Georges Frêche.

Peut-on rêver d'un cadre plus approprié?
Juste en améliorer un peu la desserte.
Une université "Brassens", "Cendrars";"Paul Valéry" étant déjà donné à la Faculté des lettres de Montpellier ?

Je ne rêve pas de blondes opulentes des films américains étudiant du bord de bassins d'exhition pour cétacés,où, elles-mêmes, dévoilent leur athlétique plastique.

Je pense moi aussi à une université multimodale:

+ Etudes littéraires et ethnologiques des peuples de la mer
+ Etudes scientifiques des courants marins, mouvements mer/continent, composition de l'eau, désalinisation,etc
+ Etudes des poissons, végétaux marins en liaison avec l'augmentation des ressources alimentaires, connectées avec les bassins de production en huîtres, moules, crevettes et la marine de pêche
+ les ressources et problèmes des grands fonds,
+ etc.

Alors, les blondes aussi pourront intégrer cette faculté mais pas seulement, vue sa compétence particulièrement méditerranéenne...

Michel Sidobre

12/11/2007

MALGRE LES VENTS MAUVAIS DES AFFAMEURS

dbb63f65d33ceca13c73f60ba05eb453.jpg

Malgré les affameurs du Crédit Agricole et des Impôts, je mange encore, merci!

Samedi, je m'en suis allé dans l'Hérault, dans des bois de feuillus aux couleurs de l'automne, façon "été indien" et de résineux du type "mon beau sapin", sauf qu'il faisait froid, du vent, et 4° sur l'affichage de ma voiture alors qu'il faisait au départ de Narbonne 10°.

Malgré cela et le fait que je ne me sois pas éternisé: un bolet et trois magnifiques lépiotes répondirent à mon appel à la forêt.

Revenu dans la chaleur relative de mon appartement, et ayant nettoyé les champignons que je coupais en morceaux, je les mis en demeure d'accompagner des ailes de poulet de chez "Leader Price"- les seules que je puisse actuellement m'offrir, merci le fisc ! - auxquelles j'ajoutais un peu d'oignon coupés en petits morceaux.
Un régal que ne me fera pas vomir le Crédit Agricole.

Remontés contre mes affameurs, je décidais le lendemain de vider mon compte afin d'acheter des huîtres, une magnifique alose ( 1euro 50, le kilo) et un gigantesque maquereau.
Je saturais l'alose de romarin et garnis mon plat de pommes de terres en rondelles : résultat une chair d'une finesse rare, de longues arêtes qui ne piquent pas et que l'on peut ôter facilement.

Aujourd'hui, l'énorme maquereau devrait suivre un sort quasi-identique, avec du thym en guise de variante aromatique.

Je le savourerais lentement en me demandant combien de pauvres bougres, agriculteurs ou salariés, ont été contraints de mettre fin à leurs jours, accablés par les séides du Crédit Agricole ou d'autres banques, ou du service des Impôts.

N'y a-t-il pas quelque sagesse dans les religions ( catholique et musulmane) à interdire de gagner de l'argent avec de l'argent, sans création de biens?

Michel Sidobre

11/09/2007

MON POISSONNIER ET LE POISSON-LUNE

medium_Poisson-lune.JPG

S'il y a un commerçant qui réclame toute notre attention quant à son choix c'est bien le poissonnier.
Il n'y a pas besoin de s'étendre sur les inconvénients désastreux d'un poisson ou d'un coquillage "pas frais".
Mais c'est un commerce où le plaisir commence à l'achat: l'étal, l'arrivage toujours surprenant et varié.
J'ai mis longtemps à le trouver: mon choix s'est fixé, aux Halles de Narbonne, architecture façon Eiffel du début du XXème siècle, sur un jeune commerçant qui écoule la pêche en provenance du Grau-d'Agde. Il est aimable, vous prépare le poisson et vend du poisson frais!
Aujourd'hui à des fins de décoration, il fait trôner un gros poisson-lune au-dessus de la marée... être poissonnier n'empêche pas d'avoir du goût.
Michel Sidobre